Les falaises d’Ault…

… en Baie de Somme

 

Réinterprétées à ma façon

Huile sur toile, 60 x 60

« La plage en aplats », premier thème proposé en septembre à l’atelier de peinture.
Comme c’est ma façon préférée de peindre, ce sujet ne pouvait que me plaire.
Michel apporte toujours plein de documents, mais lorsque c’est possible, je préfère m’inspirer de photos personnelles.
Les photos ci-dessus ont été prises l’été dernier, lors d’un petit séjour en Baie de Somme. Juste une première approche de cette région magnifique, et l’envie d’y retourner…

Sur mon croquis, j’avais d’abord respecté la position des falaises à gauche, peintre dans le coin en bas à droite. Mais alors, le peintre s’est retrouvé gaucher, et j’ai tout inversé.

Les couleurs ont bien changé au fil de l’avancée de la toile. J’avais commencé par peindre les falaises dans un dégradé de tons ocres. Puis, pour le peintre, Michel m’a suggéré des couleurs fortes. C’est lui aussi qui m’a conseillé pour le ciel. Mais les falaises paraissaient alors bien pâles par rapport au reste du tableau. Toujours sur les conseils de Michel, j’ai repris les falaises, ainsi que la langue de terre orange. Seules les deux dernières falaises ont gardé leur couleur d’origine.
Je regrette de ne pas avoir pris de photos au cours du travail, cela aurait été intéressant de garder une trace de l’évolution.

J’ai une façon assez bizarre de procéder. Il m’est très difficile de faire un croquis sur une toile, j’ai du mal à gérer une grande surface, je suis davantage à l’aise sur une petite. Je fais donc mon dessin sur une feuille A4, puis je calcule le coefficient d’agrandissement nécessaire pour la toile, je découpe mon croquis en morceaux pour les agrandir à l’ordinateur (je n’ai qu’une imprimante format A4). Pour finir, j’assemble les différents morceaux agrandis et je décalque au papier carbone sur la toile. Je suis la seule à l’atelier à procéder ainsi, les autres participants me regardent souvent faire avec perplexité…

Publicités
Publié dans Tableaux | 8 commentaires

Céramique

Terre noire émaillée

 

Plats, assiettes et saladier façonnés à l’atelier d’Ellen, récemment et … l’été dernier. Empreintes faites avec des tampons en bois. Ellen en a une belle collection, qu’elle met à disposition dans son atelier.

J’adore la terre noire. De plus, la vaisselle en terre noire passe sans problème au lave-vaisselle, car elle est cuite à haute température.

Je viens d’apporter à Ellen une série de  bols à thé, pour la première cuisson. A suivre…

Si on m’avait prédit qu’un jour, je fabriquerai de la vaisselle…

 

Encore une petite bricole, de l’été dernier

Un oiseau couronné en terre couleur terre cuite, piqué sur un tuteur à plantes.

 

Publié dans Céramique | 9 commentaires

Encore une petite couche de…

… raku ?

Des travaux faits en mai dernier. Les photos étaient faites… puis il y a eu les vacances… le temps a passé…

Gilles nous avait proposé de réaliser ue sculpture d’après cette oeuvre de l’artiste céramiste Arnaud Lang, intitulée « Sculpture à visage » :


Cette oeuvre fait partie d’une donation au musée de Sarreguemines, de la part de deux collectionneurs, France et Wolfgang Kermer.

Comme il le fait d’habitude, Gilles nous a accompagnés pas à pas dans la démarche, en effectuant les différentes étapes en même temps que nous.
Conscient de la difficulté de modeler des visages, surtout de petite taille, il nous a proposé d’utiliser des moules qu’il a fabriqués à partir de visages de sa création.

Les visages si expressifs sont donc dus au talent de Gilles. Je n’en aurais évidemment pas été capable.
L’ensemble a environ 44 cm de hauteur.

 

Et pour clore le cycle « terres mêlées » du printemps 2018, une coupe toute simple

Publié dans Céramique | Tagué | 4 commentaires

Bestiaire en raku (3)

Une journée de cuisson raku, début février, pour clore le premier semestre à l’atelier. Journée de fête autour du feu, comme toujours.

Une poule (ou un oiseau ?), d’après le céramiste Roger Capron

Commencée à l’atelier, terminée à la maison.
J’y ai passé… un certain nombre d’heures.
D’abord, deux disques moulés sur des coupes, puis collés l’un à l’autre le long de leur circonférence, pour former le volume central.
Ensuite, à partir de gabarits en carton, découpe de la tête et des plumes (deux fois chacune). Ces formes ont ensuite été collées ensemble deux à deux, avec un creux à l’intérieur (bourré d’un peu de papier ménager) pour donner du volume.
Enfin, tête et plume ont été collées au corps. C’est l’étape qui m’a pris le plus de temps, j’ai particulièrement soigné les « soudures », pour minimiser le risque de casse à la cuisson.

C’est toujours la même excitation de découvrir, après nettoyage, les craquelures et dessins qui se sont formés à l’enfumage.

Il me reste à bricoler un socle (en terre ou en bois). Celui de la photo est le support d’un poisson fait en 2016 (ici).

Sophie la girafe

Il s’agissait de réaliser un objet-animal utilitaire.
Je n’ai pas osé faire trop compliqué, juste un pot cylindrique.

A la cuisson raku, il s’est formé diverses grosses fissures, et quand j’ai saisi mon objet refroidi, j’ai eu deux morceaux en main : le pot d’une part, le cou et la tête de la girafe d’autre part. Heureusement, la cassure était bien nette, et j’ai recollé les deux parties à la super-glue.
Je pensais utiliser mon pot-girafe pour ranger des ustensiles de  cuisine. Mais comme il reste assez fragile, je préfère éviter de fréquentes manipulations. Ce sera donc un porte-plante. Je la trouve assez rigolote, cette girafe qui émerge parmi de grandes feuilles vertes de sansévéria.

Pour finir, un poisson

Une séance a été consacrée à la réalisation de poissons fantaisistes, qui seront installés dans la petite rivière qui traverse le Jardin des Faïenciers, à l’occasion d’une animation au mois de juin.

Publié dans Céramique | Tagué | 13 commentaires

Pêle-mêle

Des cousettes…

Une pochette offerte à Noël

Cotons imprimés et passepoil couleur cuivre de mon stock.

Encore des pyjamas pour Malo et Maël

Toujours d’après les mêmes patrons, ce qui rend la réalisation rapide.
Le jersey « pompiers » et l’uni rouge viennent du magasin Karstadt de Sarrebruck, le turquoise à petits bateaux et l’uni noir de la Stoffgalerie, (impossible de passer à Sarrebruck sans y faire un tour ; le choix de jerseys y est fabuleux).

J’ai cousu aussi un pantalon de jogging à chacun des loulous. D’autres sont en cours.

Et puis, en février, il y a eu les vacances scolaires, que Malo et Maël ont passées en Lorraine.
On a bricolé un peu…

Ils avaient participé à un atelier de gravure sur gomme à Lille, avec leur maman, et ils avaient bien aimé. Le principe est le même que celui de la linogravure, on grave avec des gouges, mais la gomme est plus tendre et plus facile à graver.
J’ai acheté des plaques de gomme et un deuxième jeu de gouges, chez Rougier et Plé, les loulous ont cherché des motifs sur Pinterest (c’est fou… plus besoin de Mamie pour manipuler l’ordinateur, ils se débrouillent parfaitement tout seuls).

Et voilà le résultat

Le petit pingouin est l’oeuvre de Malo, le panda celle de Maël (avec un peu d’aide pour les contours).
Un poil stressant pour Mamie, qui a répété cent fois : pas la main devant la gouge !
Impression avec de l’encre typographique noire.
Chacun a ainsi son lot de petites cartes, pour les invitations de copains et copines, par exemple.

J’avais, dans mon bazar, une série de petits cadres de différentes tailles.
Comme les loulous aiment bien réaliser un cadeau pour leurs parents, nous avons encadré deux exemplaires. Puis, chacun a voulu aussi un cadre pour lui, Malo avec le pingouin, Maël avec le panda. Puis… Malo a dit qu’il aimerait bien un cadre avec le panda également, et Maël a bien sûr trouvé que ce serait bien d’avoir aussi un pingouin pour lui…
Et finalement… Mamie a eu envie d’avoir, elle aussi, une oeuvre de chacun de ses petits-fils…

Nous avons emballé le cadeau des parents avec des pages récupérées dans journaux et magazines.

Aussi bien que du papier cadeau, non ?

Les loulous ont aussi cousu et brodé.

Kits de broderie et de doudous chez Mondial Tissus.
Malo a exécuté la broderie dans le cercle tout seul. Chacun a fait son doudou. J’ai juste aidé à démarrer et arrêter les fils.
Tous deux ont pris goût à la broderie et ont fait provision de fils et de bouts de tissu dans le stock de Mamie (ça fait toujours ça de moins, mais il y a de quoi faire leur marché encore d’innombrables fois).
Après coup, j’ai eu un peu mauvaise conscience. D’habitude, je regarde la provenance des produits. Là, dans l’enthousiasme avec les petits, j’ai oublié ma vigilance habituelle. Ca ne venait évidemment ni de France, ni d’Europe… Si j’avais vu, j’aurai sans doute hésité. Mais ça a fait tellement plaisir aux petits, alors, pour une fois…

D’ailleurs, les choses ne sont souvent pas si simples, et les courses peuvent tourner au casse-tête…

Publié dans Bricoles diverses, Couture, Linogravure | 10 commentaires

Déjà fin janvier…

Il serait temps que je souhaite à ceux et celles qui passent par ici

une belle année 2019

Une année sereine et épanouissante, joyeuse, créative…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Peut-être vaut-il mieux ne pas prendre de résolutions, comme le suggérait Caro, sur son joli blog « Caro tricote ». Cela évitera de culpabiliser si on les tient pas.

Juste se dire qu’on va, comme le colibri du conte, essayer d’apporter notre petite contribution à une meilleure année pour la planète.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon deuxième essai de linogravure, d’après une idée trouvée sur le net.
La prochaine fois, j’aimerais essayer de graver quelque chose à partir d’un dessin personnel (à condition de ne pas devoir le faire dans l’urgence…).

 

Publié dans Cartes, Linogravure | 11 commentaires

Pyjamas

Malo avait choisi les tissus pour lui et Maël cet été, à Mondial Tissus.
Deux jerseys différents pour lui, imprimés de diverses bestioles et de petits motifs géométriques ; pour Maël, des petites fusées bleues sur fond gris.
Il y a eu beaucoup un peu de retard dans la réalisation…


Pour le T-shirt de Maël, patron n°26 du magazine Ottobre 1/2012, en taille 122.
Pour le pantalon, patron n°13 du magazine Ottobre 6/2017, en taille 122.


Pour Malo, mêmes patrons que pour le pyjama à étoiles.

Bord-côtes bleu marine et gris chiné de Buttinette.
il n’y a guère qu’un an que j’utilise du bord-côtes, et je me demande pourquoi je m’en suis privée si longtemps, de peur de ne pas savoir faire. Maintenant, j’en mets partout : encolure et poignets de T-shirts, ceinture et bas de pantalons.

 

Publié dans Couture | Tagué | 15 commentaires