Sur la pointe des pieds…

… je reviens vers la blogosphère

Contrairement aux ours, j’ai hiberné cet été, puis cet automne. Parce que l’été complètement pourri dont nous avons été gratifiés dans l’Est prêtait à confusion ?
Une léthargie (c’est plus chic que… flemme) estivale qui s’est prolongée…
Me voilà donc de retour sur la blogosphère. Les liens réels retrouvés n’empêchent pas de renouer avec plaisir les liens virtuels également.

Des petites choses bricolées par-ci, par là. Un tout petit peu de couture…

Cache-coeur et sarouel de « la petite garde-robe des bébés de la droguerie », en taille 3 mois.
En fait, Malo et Maël attendent un joli cadeau pour bientôt. Mes petites cousettes futures vont se féminiser… Ca me changera des pyjama et T-shirts.
J’ai utilisé deux restes de jerseys qui provenaient d’une couture antérieure, et j’ai entièrement doublé le cache-coeur de jersey à pois. Il est ainsi éventuellement réversible. J’aurais bien aimé coudre un deuxième sarouel, à pois, si je n’avais pas fait la c… de couper deux fois le dos à pois pour le cache-coeur et donc, de manquer de tissu.

Bavoir des « Intemporels pour bébés, tome 2 », réversible étoiles/pois.
Pressions métalliques spéciales jersey qui se fixent sans problème avec le petit outil joint et un marteau.

Les activités ont toutes repris, tout le monde a été si heureux de se retrouver. Les liens sont même plus forts qu’avant la pandémie, le manque pendant les confinements les a renforcés.
Première cuisson raku la semaine dernière. De belles pièces sont sorties du four.
Un des thèmes proposés par Gilles : modeler une pièce en s’inspirant de oeuvres monumentales d’Henry Moore.
Nous avons été plusieurs à choisir la même source : la sculpture « Les caresses ».


Et voilà ma version, en beaucoup plus petit (environ 25 cm de long) !


Une évocation de la maternité, ça me plaisait bien…

A bientôt !

 

Publié dans Céramique, Couture | Tagué , , , | 10 commentaires

Faire son pain au levain

Pas de boulangerie dans mon village. De plus, à partir du moment où les enfants avaient quitté la maison, les courses ont été moins fréquentes. Nous avions donc adopté la solution de la machine à pain. C’est mon mari qui s’en occupe. Mais les pains ainsi réalisés sont standardisés, toujours rectangulaires.
J’ai bien fait, l’une ou l’autre fois, un pain au four, mais le résultat ne m’a jamais entièrement convaincue. Mie pas assez aérée, croûte pas terrible.

Ma fille fabrique son levain depuis quelque temps.
Elle m’a envoyé sa recette, et un lien qui m’a donné une furieuse envie de m’y mettre : celui du blog formidable d’une charmante Québequoise, qui propose plein de recettes, de boulangerie et bien d’autres, et qui a tourné plein de vidéos pour partager son savoir-faire. Quand on la voit sortir un magnifique pain de son four, comment résister ?

J’ai commencé par « le pain maison comme à la boulangerie« .

Pour un premier essai, je n’aurais pas osé espérer un tel résultat : une belle miche bien gonflée, une jolie croûte dorée, une mie aérée… un pain excellent !
N’ayant plus assez de farine T65, j’ai utilisé un mélange de farine T65 et de farine complète, option proposée dans la vidéo.

Autre recette testée, toujours chez « la petite bette » :
« le pain maison au cacao et chocolat« . Préparation de la pâte samedi matin, puis repos au frigo ;  façonnage, cuisson et dégustation dimanche après-midi : délicieux !
Ici, j’ai utilisé 450 g de farine T55 (n’ayant plus de T65…), et 50 g de farine d’épeautre, alternative proposée par « la petite bette ».

Avant cuisson

Après…

« La petite bette » dit que le plus difficile, c’est de résister à l’envie d’en manger tout de suite, à la sortie du four (c’est bien vrai !), quand le pain tout chaud embaume la cuisine. Elle conseille d’attendre 30 minutes, sinon toute l’humidité s’échappe du pain, et il se conservera moins bien. Après cette attente, quelle récompense !

Pour ces deux pains, même pas de pétrissage ! A quoi tient le succès ? Au levain naturel fait maison ? A la cuisson en cocotte couverte, préchauffée au four (couvercle ôté en fin de cuisson pour une croûte dorée) ?
Faire son pain au levain, avec de chouettes recettes, bien détaillées en vidéo, ce n’est finalement pas compliqué. Il faut un peu d’organisation, mais le résultat en vaut la peine.

Si l’aventure du levain fait maison vous tente, je peux partager la recette que j’ai utilisée dans un prochain billet. Au vu des résultats, elle fonctionne.

L’embarras du choix, sur le blog de la petite bette, pour l’essai suivant ! Peut-être la baguette.

J’espère vous avoir fait saliver…

Publié dans Recettes | Tagué | 7 commentaires

Petits bouts…

… de papier

Mai a cédé la place à juin (déjà !).
Au cours du mois passé, j’ai tenu le rythme d’un collage journalier. C’était d’autant plus stimulant qu’au fur et à mesure que les petites cases se remplissaient, je me rapprochais de la date de ma deuxième dose de vaccin, le 1er juin ! Si vous n’êtes pas encore vaccinés, faites-le, qu’on voie enfin le bout du tunnel et qu’on retrouve une vie sociale normale !
Je me suis très largement inspirée d’illustrations d’oiseaux trouvées sur Pinterest.
Peut-être referai-je ce genre de chose, mais pas tout de suite, un autre mois, si j’ai une idée. C’est rigolo à faire, mais ça prend quand même pas mal de temps et surtout, pendant quatre semaines, un coin de table dans la maison disparait sous les petits papiers…

Plastifié ensuite, comme le collage d’avril, pour en faire un set de table.

Une carte d’anniversaire pour Malo

Un dessin préparatoire d’abord, puis report des différentes formes sur du papier calque, découpage, report sur les papiers colorés, re-découpage et collage.
De quoi occuper une matinée… et se trouver une bonne excuse pour ne pas faire la séance hebdomadaire de gym, que le club nous propose par Zoom depuis novembre. La distance finit par émousser la motivation.

… et de tissu

Pendant le premier confinement, j’avais enfin pris le temps de camoufler une tache sur un jean par un rond de petits points brodés. Un peu plus tard, une fleur collée/appliquée a caché de sérieuses traces d’usure.

La semaine dernière, le tissu, bien râpé, s’est carrément fendu.
Comme je ne suis pas fan des jeans troués… nouvelle pièce collée/cousue. Puis, quelques lignes piquées, juste pour la déco, sans idée préliminaire : le milieu d’une jambe de pantalon n’étant pas facilement accessible, on coud comme on peut.

Jusqu’à quelle proportion de tissu neuf par rapport à l’ancien  pourrai-je aller, au fil de  l’usure ? 🙂

A très bientôt !

 

 

Publié dans Cartes, Papier | Tagué | 6 commentaires

Des petites choses…

Après le défi 7, le sujet du n°8 est arrivé très vite : Malo  nous a proposé de dessiner une poire qui n’est pas verte…

J’ai gardé le sens premier du mot « poire ». Dessiner « une bonne poire », trop difficile. Une autre possibilité :  une tête en forme de poire (comme le célèbre portrait de Louis-Philippe), mais pas évident non plus. J’en suis restée à la solution de facilité.

Un truc que j’aime bien : utiliser des feuilles séchées comme support.

Sur une feuille de renouée séchée (que j’ai renforcée de Vliesofix à l’arrière, pour qu’elle soit moins fragile), j’ai esquissé une poire, puis je l’ai découpée et j’ai dessiné des motifs au feutre Posca blanc.
J’en ai fait un sous-verre de 10 sur 15, en maintenant le fond et le verre à l’aide de bandes découpées dans du papier Kraft, un type d’encadrement que la maman de Malo aime bien. Malo pourra lui offrir cette petite bricole.

Une amie m’avait offert deux beaux oeufs durs à Pâques. J’avais dû lui promettre de les manger. Pour prouver que j’ai tenu ma promesse, je lui ai envoyé une photo des morceaux de coquille.

Elle m’a répondu, avec beaucoup d’humour, que le but du jeu était de reconstituer la coquille entière. En réutiliser des morceaux, ça, c’était faisable…



Une mini-boîte en bois brut, à couvercle pivotant, que j’avais depuis de très, très nombreuses années.
J’ai utilisé de la colle à bois pour coller les morceaux de coquille. Une fois que le tout a été bien sec, j’ai badigeonné de la peinture acrylique noire que j’ai essuyée aussitôt, pour ne la laisser que dans les fissures. De la peinture noire également sur l’extérieur de la boîte et, pour finir, une couche de vernis brillant sur le dessus.
Je l’ai offerte à mon amie.

Une dernière bricole… J’ai vraiment pris goût aux collages. En mai, ce seront des zozios, au fil des jours. Je vais tenter de respecter un rythme quotidien (et ne pas tout boucler en trois jours, comme en avril).

Publié dans Bricoles diverses, Papier | 9 commentaires

Les défis de Malo, suite

Après le défi 2/2021, il y a eu le défi 3, écrire un poème d’au moins 10 vers, qui parle d’avocat. J’ai joué le jeu, mais je vous fais grâce de ma prose…

Le défi 4 consistait juste à résoudre deux énigmes, faciles.

Le défi 5, dessiner la maison de mes rêves. L’occasion de refaire de la gravure sur Tetra Pak. J’ai trouvé le dessin sur Pinterest et, ma foi, habiter une jolie maison japonaise, sous un cerisier en fleur, ce serait sympa.

Pour le défi 6, il s’agissait de créer une ombre avec des objets et d’en faire une photo.


Je vous laisse deviner…


Rien ne set de courir ; il faut partir à point…

L’escargot… est réalisé avec une petite balle souple posée au creux d’une cuillère de service, et deux épingles fichées dans un bout de Patafix.

Et le défi 7, réaliser un personnage avec des fruits et légumes, à la façon d’Arcimboldo.


Moins facile que je ne le pensais : des équilibres instables et des différences de niveau, qu’Arcimbolo n’a pas eu à gérer avec ses pinceaux.

Y a plus qu’à attendre le sujet du défi 8 !

Publié dans Gravure, Photos | Tagué | 9 commentaires

Avril en collages

Après le collage de février, celui de mars n’a finalement pas vu le jour. Le mois était déjà entamé à la fin des vacances de Malo et Maël à la maison, et je n’avais pas vraiment d’idée.

Avec l’arrivée des beaux jours (suivis d’une -dernière ?- offensive de l’hiver…), des couleurs ont explosé partout dans la nature : pour le mois d’avril, ce sera donc un collage de fleurs (pour le 1er, un poisson, comme il se doit !).

J’ai commencé avec un peu de retard, le 7…

Dans la foulée du rattrapage, j’ai pris un peu d’avance…
Puis… quand on commence à découper, on ne peut plus s’arrêter… Chaque petite fleur appelait la suivante. Le 9, le collage d’avril était bouclé.


Une feuille A3 de papier Canson 224 g/m2 pour le fond, des feuilles de couleur, du papier origami, verre à liqueur et pièces de monnaie diverses pour le traçage des ronds, perforatrice, deux petits emporte-pièces fleurettes, ciseaux, ciseaux cranteurs et stick de colle.

Découpage de gabarits, petits bouts de papier éparpillés partout, plein de bazar…
Après tout, il valait mieux terminer l’affaire rapidement pour retrouver ensuite un peu d’espace vital…


C’est avec un truc qui m’a bien occupée, mais qui risquait de finir au fond d’un tiroir.
Il fallait lui offrir une vie… passage dans la plastifieuse, pour en faire un set de table printanier.

Publié dans Papier | 10 commentaires

Coups de coeur

Il m’arrivait de vous faire part de mes coups de coeur au ciné.
Ca, c’était avant, avant le virus et la vie de restrictions qu’il nous a imposée à tous.
Mais en attendant de renouer avec le plaisir des salles obscures, on peut trouver des pépites ailleurs.

The Bridge season one.png

Si vous aimez les polars venus du Nord, vous serez fans de « The Bridge-Bron », une série policière danoise, dont les saisons 1 et 2 sont actuellement disponibles sur Arte.tv.
« A la frontière entre la Suède et le Danemark, les polices locales unissent leurs forces pour traquer de mystérieux criminels. En charge des investigations, un duo d’enquêteurs étrangement assorti… Plusieurs fois copié mais jamais égalé, le polar nordique s’impose par son atmosphère sombre et son impeccable tandem d’acteurs. » (Arte)

Tout y est parfait : les acteurs évidemment, les images, le doublage français… La musique du générique, je l’écoute volontiers en boucle.
Grâce à un article enthousiaste de Télérama, qui lui attribuait 2T, nous avons commencé à regarder la série, il y a quelque temps, sur la chaîne Chérie 25, à raison de 2 épisodes par semaine. Episodes qui ont devenus le rendez-vous attendu avec impatience chaque lundi soir, un moment où toute autre activité s’arrête… Les amis à qui j’ai filé le tuyau sont devenus accros, eux aussi. La fin de la saison 3 la semaine prochaine ; la saison 4 suivra. Dans chacune, il y a une nouvelle enquête, mais pour comprendre les personnages et leur vie, il est nécessaire de les regarder dans l’ordre.
J’espère qu’Arte mettra également les saisons 3 et 4 en ligne.

Un domaine tout à fait différent : la pâtisserie !
Depuis longtemps, je cherchais une recette de brioche qui ressemblerait à celle des pâtissiers, avec une belle mie aérée.
Sur le blog « Patachou, miam miam et compagnie« , j’ai enfin trouvé: « le pain brioché au creamcheese » !

C’est beau, c’est excellent, c’est parfait !

Publié dans Coups de coeur, Recettes | Tagué | 3 commentaires

Joyeuses Pâques !

Joyeux lundi de Pâques !
… puisque, pour le dimanche, je suis beaucoup un peu en retard…

Deux jolies surprises pour le 1er avril et pour Pâques.

D’abord, un tout mignon poisson marque-page offert par Denise, du joli blog « Denise file… et la fee sa toile ». Denise a participé au « festival du poisson farceur » proposé par Esperluette, et c’est moi qui suis l’heureuse destinataire de son poisson. Si Esperluette remet ça l’an prochain, j’essaierai de participer.
Encore merci, Denise !


Et aujourd’hui, une amie est venue juste déposer un petit nid. Il a fallu que je lui promette de ne pas seulement regarder, mais de manger…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux oeufs durs décorés, dans un nid fait d’un sachet en papier kraft garni de mousse (une chouette idée, nature et récup).
Il faudra que je tienne ma promesse, mais ça va être difficile de casser de si jolis oeufs.
Merci à Anne-Marie !

En cette période de pandémie et d’absence de vie sociale, ces gestes d’amitié font vraiment chaud au coeur.

A très bientôt !

Publié dans Sans catégorie | 7 commentaires

Février en collages

Voilà, c’est fait !

Février a cédé la place à mars, et mon collage est terminé.

C’était amusant, et j’avais au moins un micro-objectif journalier. Parfois, j’ai un peu triché, en prenant de l’avance, ou en comblant mon retard…
Je n’ai pas essayé de donner forcément une signification au collage du jour.
L’un ou l’autre correspondent à des événements de mois de février antérieurs, voyage à Vienne, concert de Joan Baez ; un anniversaire ; les vacances avec Malo et Maël, petite bulle de vie normale…
Deux collages à partir d’enveloppes reçues en ce début d’année, avec de bons voeux pour 2021…
De petits rappels de la météo, pluie, neige, froid glacial, grand soleil ; l’apparition du premier crocus.
Pour le reste, ce qui me passait par la tête avec, l’une ou l’autre fois, l’utilisation de papiers gardés depuis des lustres, au cas où… , que j’avais déjà failli jeter plusieurs fois, mais que je finissais toujours par remettre à leur place.

Je réfléchis à une idée pour mars (même s’il eut déjà fallu s’y mettre) : la même chose, ou un tableau en collage, qui se composerait au fur et à mesure des jours qui passent ou, pourquoi pas, quelque chose dans le même ordre d’idée, mais à base de bouts de tissu ?
Ce sera éventuellement pour après les vacances ; en attendant, je profite de la présence de mes petits-fils.

Publié dans Papier | 7 commentaires

Gravure Tetra Pak

Après un premier essai en avril, d’autres petites choses avec la même technique.

J’ai gravé cette jeune fille de dos à partir d’une illustration de Hadas Hayun, trouvée dans la magazine Flow de décembre 2020/janvier 2021.

Des oursons qui se serrent dans les bras, d’après une illustration de Kathleen Keating, dans un petit fascicule « Le petit livre des gros câlins ». Un titre, des illustrations qui font rêver…

Une gravure faite en avril, d’après une mes peintures. J’en avais fait quelques impressions ce printemps, avec de l’encre noire.
Encre « Aqualinol Druckfarbe 418 Cyan blau », du Géant des Beaux-Arts.
Papier Canson 224 g/m2

Un peu plus d’expérience de la technique qu’au mois d’avril.
J’ai fait les premières impressions de la jeune fille et des oursons avec le rouleau en bois. Mais il y a eu un certain nombre de ratés. Si on appuie trop, le trait est trop épais ; si on n’appuie pas assez, c’est trop pâlot.
J’ai donc tenté la machine à pâtes, qu’on trouve dans les magasins de produits italiens). J’avais hésité, de peur de salir les rouleaux avec l’encre… parce que j’utilise aussi la machine pour faire des pâtes fraîches.
Et ça marche ! Et même super bien ! Pour les pâtes aussi…
Comme la pression est régulière, après un ou deux essais pour déterminer l’écartement des rouleaux, on obtient de belles impressions. Pour éviter qu’il y ait de l’encre sur les rouleaux, il suffit de poser une feuille de papier par-dessus la plaque gravée.

Publié dans Gravure | Tagué | 8 commentaires