Pour Lison


« Si j’aurais su, j’aurais pas venu », disait le Petit Gibus, dans La guerre des boutons.
Si j’avais su le nombre d’heures nécessaires… mais non, je savais bien que ce tapis serait chronophage, et j’étais bien décidée à y consacrer le temps qu’il fallait.

Un tapis de jeu pour Lison, donc, environ 80 cm sur 1 m, inspiré librement d’un modèle vu sur internet.

Des anneaux colorés en bois, enfilés sur un cordon (anneaux achetés chez « le petit öko » à Grenoble, quand les grands frères de Lison étaient petits…). Un anneau de rideau recouvert de biais liberty. Une étoile en feutre épais, doublée de tissu filet qui enferme deux grelots (ceux des lapins de Pâques en chocolat). Des p’tits bouts de ruban (restes de ceux qui avaient servi à coudre un doudou à étiquettes à Malo !)


Une abeille en crochet qui butine une pâquerette. J’ai trouvé les modèles dans un petit fascicule de la marque « Rico design » (« Charming Spring »). Heureux hasard, la taille de l’abeille a permis d’y insérer exactement une petite boîte Kinder (ne jamais rien jeter !). Quelques grains de riz dans la boîte, et l’abeille devient hochet.


Une oie et ses deux canetons


Un nénuphar qui forme une poche où se cache un doudou grenouille


Deux roseaux, et un escargot en crochet qui peut glisser sur l’une des tiges en ruban vert.
Le ruban passe dans une petite coulisse collée sous l’escargot. Pour qu’on puisse enlever l’escargot pour le lavage du tapis, les deux bouts de ruban sont raccordés à l’aide de scratch.


Une libellule, corps en boules feutrées et perles de bois (exhumées de mon bazar). Ailes en ouatine et filet plastique (de ceux qui emballent les têtes d’ail au supermarché -ne surtout jamais rien jeter !-). Elle est fixée par du scratch cousu sur le tapis et au bas des ailes.

Le fond est en éponge bambou, de Mondial Tissus (une face bouclette, une face pelucheuse toute douce -c’est elle que j’ai utilisée pour l’endroit-). Les nuages et l’oie, en éponge bambou également. Pour le reste, des petits restes de tissus accumulés au fil des ans.
Après toutes les applications, j’ai cousu les vagues en rajoutant une couche de ouatine épaisse à l’envers (avec le pied double-entraînement, aucun déplacement d’une couche par rapport à l’autre). Puis doublure avec du tissu jean, de mon stock. Avant de retourner l’ensemble, j’ai rajouté encore une couche de ouatine épaisse (de Mondial Tissus), que j’ai solidarisé avec la première par de gros points à la main.
Tous les éléments qui risquent de ne pas apprécier la machine à laver sont amovibles (boutons-pression ou scratch).

Fini cet après-midi, ouf ! Je vais pouvoir passer à autre chose (et faire le minimum syndical de ménage 😱)
Papy s’est occupé du shooting photo.
J’espère que Lison y trouvera autant que plaisir que j’ai eu à bricoler tout ça.

 

Publié dans Couture | Tagué , , , | 11 commentaires

Des petites cousettes

J’ai beau prendre la ferme résolution de venir ici plus souvent… Les jours passent, et j’ai l’impression que le temps file de plus en plus vite. Lire la suite

Publié dans Couture | Tagué , , | 6 commentaires

Divers…

Un peu de céramique

 

 

 

 

 

 

 

Des verres en terre blanche émaillée, cuits à haute température, d’après une idée d’Ellen, la potière dont je fréquente l’atelier un jeudi sur deux.
Pour les réaliser, j’ai fait un gabarit du pourtour d’un verre en plastique, de ceux utilisés lors les fêtes et festivals. On entoure le verre d’un morceau de collant (eh oui, plus pratique que le papier qui ramollit et se déchire, pour éviter que la terre ne colle au support). On découpe une plaque de terre suivant le gabarit, on en entoure le verre, on réalise la jointure et on rajoute le fond. Puis, comme la terre se déforme parfois à la cuisson, autant déformer tout de suite !


Après biscuitage, on s’amuse avec les nombreux pots d’émail disponibles à l’atelier.


Un peu de couture

Si j’ai eu tendance à délaisser parfois la couture (au profit de la céramique…), l’arrivée de Lison m’a sacrément remotivée.


Combinaison « Louison », de « La petite garde-robe des bébés de la droguerie ».
Choix de la taille 3 mois, après mesurage et réflexion avec la maman de Lison.
Rajout de 2 cm entre l’entrejambe et l’encolure, les couches lavables étant plus volumineuses que les jetables.
D’ailleurs, une fois le patron découpé, j’ai réalisé que le coupon de velours de mon stock (de « la droguerie ») n’aurait de toute façon pas suffi pour une autre taille. Le 3 mois y rentrait tout pile.
Dès que le dernier bouton-pression a été cousu, la combinaison est partie chez Lison. J’avais même oublié d’en faire une photo !

Pour aller avec la combinaison (ou pas), un T-shirt


Patron « Cordoba », du site « Ikatee » (de beaux patrons et de très jolis jerseys et autres tissus), en 3 mois. Cette marque semble tailler assez grand, l’ensemble Cordoba (T-shirt et sarouel) en taille 1 mois fait par sa maman va encore bien à Lison.
Très rapide à coudre, juste un devant et un dos.
Comme je pensais initialement me faire un pyjama avec ce jersey de Toto, après la doublure de la veste du billet précédent et le T-shirt, il me reste encore un bon morceau…

… et des idées de ciné

« Un autre monde », avec Vincent Lindon et Sandrine Kiberlain.

Et « Une jeune fille qui va bien », le premier film de Sandrine Kiberlain en tant que réalisatrice. Sandrine Kiberlain en a dit que c’est « l’histoire d’un soleil brisé par une étoile ».

Magnifiques, tous les deux.

Publié dans Céramique, Coups de coeur, Couture | Tagué , , | 6 commentaires

Un peu de couture

Une cousette pour Lison.

Gilet Yoshi, en taille 6 mois, dans « Esprit kimono pour les petits », de Peggy Goyer-Roussel.
Tissu matelassé léger, des Coupons de Saint Pierre, doublé de jersey imprimé, de Toto (le modèle original n’est pas doublé). Deux boutons de mon stock pour cacher les points de couture des discrets boutons-pression en plastique.

Un peu de céramique aussi…
Une ammonite réalisée à l’aide de deux demi-moules symétriques.

Publié dans Céramique, Couture | Tagué , | 10 commentaires

Bonne année 2022 !

Positivons !
(dans notre tête, pas sur ces machins qui ont déferlé partout depuis deux ans…)

Espérons très fort que 2022 verra enfin le bout du tunnel, et que nous pourrons à nouveau nous embrasser, nous serrer dans les bras, voir des sourires.
En attendant, je vous souhaite santé, sérénité, créativité, et comme le dit le Chat de Geluck, « tout ce que vous souhaitiez qu’on vous souhaite… mais en mieux ».

Un peu de couleur dans la grisaille de ce mois de janvier

Huile sur toile, 30 x 40

L’atelier de peinture, au Foyer Culturel, a enfin retrouvé un fonctionnement normal (on croise les doigts pour qu’omicron ne s’en mêle pas)
En juillet 2019, il y a eu le décès de notre maître, Michel.
A la rentrée de septembre 2019, nous avons essayé de continuer en autonomie.
En janvier 2020, le foyer a trouvé un animateur. Mais ce qu’il nous proposait était aux antipodes du travail avec Michel. Le courant n’a pas vraiment passé… Puis il y a eu le virus et le confinement.
En septembre 2021, Isabelle, qui avait déjà pris en charge un des deux ateliers de Michel, il y a des années, a repris le flambeau. Mais patatras, la saison à peine commencée, nous avons été confinés, et tout a été suspendu jusqu’au mois de juin.
En septembre 2021, pour le plus grand plaisir de tous les membres, enfin une reprise normale avec Isabelle (si on oublie la panne de chauffage du local, qui nous a valu quelques séances glaciales, puis un arrêt quand il a fait vraiment trop froid).

Isabelle nous avait proposé un premier thème : un animal dans un paysage, à la manière de Franz Marc.
Un sujet qui m’a bien plu, que j’ai traité comme d’habitude, en lignes.

Pour finir, un petit aperçu de mes emballages zéro-dépense

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout au long de l’année, je garde de belles feuilles de Libé, pour avoir un choix de papiers quand j’en ai besoin. Il y a souvent de chouettes pages dans la partie Culture du week-end.
J’étais particulièrement contente d’avoir trouvé cette page de pub « Libérons les bulles » pour un champagne. Un ajout de quelques « bulles » découpées… un emballage rigolo pour une BD !
Frida Kahlo pour une jolie gravure achetée à un ami artiste.
Londres pour rappeler aux destinataires les trois années qu’ils y ont passées.
Ce que j’aime bien, c’est que l’emballage avec des feuilles de journal est précédé d’une réflexion pour le personnaliser, si possible. C’est plus amusant que de juste dérouler un rouleau du commerce… et le paquet n’est pas forcément triste, même si les couleurs ne sont pas aussi chatoyantes que celles des papiers-cadeaux.

Publié dans Papier, Tableaux | 9 commentaires

Pomme…

… de Blanche-Neige, d’Eve ?

A l’atelier de poterie, je voyais les copines faire de jolies pommes.
L’envie de m’y mettre aussi… Ce n’est pas difficile : deux demi-sphères moulées dans un bol, assemblées ; puis on fait un petit trou en-dessous pour que l’air puisse s’échapper, ce qui permet de déformer la boule. Et un clou de maréchal-ferrant pour figurer la queue.

J’ai offert le « polar du nord », trouvé au musée des Beaux-Arts de Lille, et la petite pomme à une amie, en guise de cadeau de Noël. Les deux formaient un ensemble rigolo, je trouve.

Pour rester dans le domaine de l’argile, une statuette toute simple. Le travail demandé consistait à modeler un personnage à partir d’une épaisse plaque rectangulaire fichée sur une tige. Cuisson raku, avec un émail cuivré qui prend diverses nuances suivant le degré de réduction, c’est-à-dire selon que l’objet est plus ou moins recouvert de sciure dans la caisse d’enfumage, à la sortie du four.

Malgré mes bonnes résolutions, un mois s’est écoulé depuis mon précédent billet.
Il y a eu beaucoup d’émotion depuis. La petite soeur de Malo et Maël a pointé le bout de son nez…
Et puis, décembre est le mois des « Bredele », qui sont bien chronophages.

Publié dans Céramique | Tagué | 9 commentaires

Sur la pointe des pieds…

… je reviens vers la blogosphère

Contrairement aux ours, j’ai hiberné cet été, puis cet automne. Parce que l’été complètement pourri dont nous avons été gratifiés dans l’Est prêtait à confusion ?
Une léthargie (c’est plus chic que… flemme) estivale qui s’est prolongée…
Me voilà donc de retour sur la blogosphère. Les liens réels retrouvés n’empêchent pas de renouer avec plaisir les liens virtuels également.

Des petites choses bricolées par-ci, par là. Un tout petit peu de couture…

Cache-coeur et sarouel de « la petite garde-robe des bébés de la droguerie », en taille 3 mois.
En fait, Malo et Maël attendent un joli cadeau pour bientôt. Mes petites cousettes futures vont se féminiser… Ca me changera des pyjama et T-shirts.
J’ai utilisé deux restes de jerseys qui provenaient d’une couture antérieure, et j’ai entièrement doublé le cache-coeur de jersey à pois. Il est ainsi éventuellement réversible. J’aurais bien aimé coudre un deuxième sarouel, à pois, si je n’avais pas fait la c… de couper deux fois le dos à pois pour le cache-coeur et donc, de manquer de tissu.

Bavoir des « Intemporels pour bébés, tome 2 », réversible étoiles/pois.
Pressions métalliques spéciales jersey qui se fixent sans problème avec le petit outil joint et un marteau.

Les activités ont toutes repris, tout le monde a été si heureux de se retrouver. Les liens sont même plus forts qu’avant la pandémie, le manque pendant les confinements les a renforcés.
Première cuisson raku la semaine dernière. De belles pièces sont sorties du four.
Un des thèmes proposés par Gilles : modeler une pièce en s’inspirant de oeuvres monumentales d’Henry Moore.
Nous avons été plusieurs à choisir la même source : la sculpture « Les caresses ».


Et voilà ma version, en beaucoup plus petit (environ 25 cm de long) !


Une évocation de la maternité, ça me plaisait bien…

A bientôt !

 

Publié dans Céramique, Couture | Tagué , , , | 10 commentaires

Faire son pain au levain

Pas de boulangerie dans mon village. De plus, à partir du moment où les enfants avaient quitté la maison, les courses ont été moins fréquentes. Nous avions donc adopté la solution de la machine à pain. C’est mon mari qui s’en occupe. Mais les pains ainsi réalisés sont standardisés, toujours rectangulaires.
J’ai bien fait, l’une ou l’autre fois, un pain au four, mais le résultat ne m’a jamais entièrement convaincue. Mie pas assez aérée, croûte pas terrible.

Ma fille fabrique son levain depuis quelque temps.
Elle m’a envoyé sa recette, et un lien qui m’a donné une furieuse envie de m’y mettre : celui du blog formidable d’une charmante Québequoise, qui propose plein de recettes, de boulangerie et bien d’autres, et qui a tourné plein de vidéos pour partager son savoir-faire. Quand on la voit sortir un magnifique pain de son four, comment résister ?

J’ai commencé par « le pain maison comme à la boulangerie« .

Pour un premier essai, je n’aurais pas osé espérer un tel résultat : une belle miche bien gonflée, une jolie croûte dorée, une mie aérée… un pain excellent !
N’ayant plus assez de farine T65, j’ai utilisé un mélange de farine T65 et de farine complète, option proposée dans la vidéo.

Autre recette testée, toujours chez « la petite bette » :
« le pain maison au cacao et chocolat« . Préparation de la pâte samedi matin, puis repos au frigo ;  façonnage, cuisson et dégustation dimanche après-midi : délicieux !
Ici, j’ai utilisé 450 g de farine T55 (n’ayant plus de T65…), et 50 g de farine d’épeautre, alternative proposée par « la petite bette ».

Avant cuisson

Après…

« La petite bette » dit que le plus difficile, c’est de résister à l’envie d’en manger tout de suite, à la sortie du four (c’est bien vrai !), quand le pain tout chaud embaume la cuisine. Elle conseille d’attendre 30 minutes, sinon toute l’humidité s’échappe du pain, et il se conservera moins bien. Après cette attente, quelle récompense !

Pour ces deux pains, même pas de pétrissage ! A quoi tient le succès ? Au levain naturel fait maison ? A la cuisson en cocotte couverte, préchauffée au four (couvercle ôté en fin de cuisson pour une croûte dorée) ?
Faire son pain au levain, avec de chouettes recettes, bien détaillées en vidéo, ce n’est finalement pas compliqué. Il faut un peu d’organisation, mais le résultat en vaut la peine.

Si l’aventure du levain fait maison vous tente, je peux partager la recette que j’ai utilisée dans un prochain billet. Au vu des résultats, elle fonctionne.

L’embarras du choix, sur le blog de la petite bette, pour l’essai suivant ! Peut-être la baguette.

J’espère vous avoir fait saliver…

Publié dans Recettes | Tagué | 7 commentaires

Petits bouts…

… de papier

Mai a cédé la place à juin (déjà !).
Au cours du mois passé, j’ai tenu le rythme d’un collage journalier. C’était d’autant plus stimulant qu’au fur et à mesure que les petites cases se remplissaient, je me rapprochais de la date de ma deuxième dose de vaccin, le 1er juin ! Si vous n’êtes pas encore vaccinés, faites-le, qu’on voie enfin le bout du tunnel et qu’on retrouve une vie sociale normale !
Je me suis très largement inspirée d’illustrations d’oiseaux trouvées sur Pinterest.
Peut-être referai-je ce genre de chose, mais pas tout de suite, un autre mois, si j’ai une idée. C’est rigolo à faire, mais ça prend quand même pas mal de temps et surtout, pendant quatre semaines, un coin de table dans la maison disparait sous les petits papiers…

Plastifié ensuite, comme le collage d’avril, pour en faire un set de table.

Une carte d’anniversaire pour Malo

Un dessin préparatoire d’abord, puis report des différentes formes sur du papier calque, découpage, report sur les papiers colorés, re-découpage et collage.
De quoi occuper une matinée… et se trouver une bonne excuse pour ne pas faire la séance hebdomadaire de gym, que le club nous propose par Zoom depuis novembre. La distance finit par émousser la motivation.

… et de tissu

Pendant le premier confinement, j’avais enfin pris le temps de camoufler une tache sur un jean par un rond de petits points brodés. Un peu plus tard, une fleur collée/appliquée a caché de sérieuses traces d’usure.

La semaine dernière, le tissu, bien râpé, s’est carrément fendu.
Comme je ne suis pas fan des jeans troués… nouvelle pièce collée/cousue. Puis, quelques lignes piquées, juste pour la déco, sans idée préliminaire : le milieu d’une jambe de pantalon n’étant pas facilement accessible, on coud comme on peut.

Jusqu’à quelle proportion de tissu neuf par rapport à l’ancien  pourrai-je aller, au fil de  l’usure ? 🙂

A très bientôt !

 

 

Publié dans Cartes, Papier | Tagué | 6 commentaires

Des petites choses…

Après le défi 7, le sujet du n°8 est arrivé très vite : Malo  nous a proposé de dessiner une poire qui n’est pas verte…

J’ai gardé le sens premier du mot « poire ». Dessiner « une bonne poire », trop difficile. Une autre possibilité :  une tête en forme de poire (comme le célèbre portrait de Louis-Philippe), mais pas évident non plus. J’en suis restée à la solution de facilité.

Un truc que j’aime bien : utiliser des feuilles séchées comme support.

Sur une feuille de renouée séchée (que j’ai renforcée de Vliesofix à l’arrière, pour qu’elle soit moins fragile), j’ai esquissé une poire, puis je l’ai découpée et j’ai dessiné des motifs au feutre Posca blanc.
J’en ai fait un sous-verre de 10 sur 15, en maintenant le fond et le verre à l’aide de bandes découpées dans du papier Kraft, un type d’encadrement que la maman de Malo aime bien. Malo pourra lui offrir cette petite bricole.

Une amie m’avait offert deux beaux oeufs durs à Pâques. J’avais dû lui promettre de les manger. Pour prouver que j’ai tenu ma promesse, je lui ai envoyé une photo des morceaux de coquille.

Elle m’a répondu, avec beaucoup d’humour, que le but du jeu était de reconstituer la coquille entière. En réutiliser des morceaux, ça, c’était faisable…



Une mini-boîte en bois brut, à couvercle pivotant, que j’avais depuis de très, très nombreuses années.
J’ai utilisé de la colle à bois pour coller les morceaux de coquille. Une fois que le tout a été bien sec, j’ai badigeonné de la peinture acrylique noire que j’ai essuyée aussitôt, pour ne la laisser que dans les fissures. De la peinture noire également sur l’extérieur de la boîte et, pour finir, une couche de vernis brillant sur le dessus.
Je l’ai offerte à mon amie.

Une dernière bricole… J’ai vraiment pris goût aux collages. En mai, ce seront des zozios, au fil des jours. Je vais tenter de respecter un rythme quotidien (et ne pas tout boucler en trois jours, comme en avril).

Publié dans Bricoles diverses, Papier | 9 commentaires