Petit Maël s’en va-t-à l’aventure…

… avec son sac à dos

 

Le patron est un mix du modèle de sac enfant de « Coudre c’est facile » (juillet/août 2017), et du chouette sac à dos que le Père Noël m’avait apporté l’année dernière.

Toile « pompiers » assez épaisse de la Stoffgalerie de Sarrebruck. Doublure en coton rouge et petite poche intérieure « pompiers ».
Sangle et cordon rouges, bouton magnétique, attaches et oeillets de Mondial Tissus.
Passepoil bricolé avec un reste de biais qui avait pile la bonne longueur, et un bout de cordon de mon bazar.
Fermeture par bouton magnétique cousu (points cachés par un bouton ours en bois sur le rabat)… parce que, une fois le sac fini, je me suis rendue compte que je ne peux pas utiliser le bouton magnétique que j’avais acheté, à fixer à travers le tissu : il aurait fallu le poser sur le dessous du rabat uniquement. J’aurais dû mieux écouter les innombrables « C’est quand qu’on met l’aimant ? » du futur propriétaire, tout au long de la réalisation… Heureusement, j’ai fini par me souvenir que j’avais vu aussi des boutons aimantés à coudre dans le rayon de MT.

Au dos, la couture du rabat, des bretelles et de la poignée est cachée par une bande de sangle rouge.

Petit Maël est content de son sac. Le soir, quand il va se coucher, il le pose près de son lit.
Avec Malo, on réfléchit à un prochain sac, de « grand », avec un tissu différent bien sûr (déjà choisi). A suivre…

Publicités
Publié dans Couture | Tagué , | 10 commentaires

Avec des p’tits bouts de tissu

Une amie, passionnée de chevaux, s’occupe d’une association qui met en oeuvre diverses actions autour du cheval. Chaque automne, elle organise une tombola, pour récupérer quelques sous. Cette année, elle aimerait trouver des lots qui se rapportent d’une manière ou d’une autre au cheval. Elle m’a donc demandé si je pourrais lui faire un tableau textile. Avec plaisir !
J’espère juste que le gagnant appréciera le travail…

Le thème du cheval et des cavaliers occupe une place importante dans l’oeuvre du peintre et sculpteur italien Marino Marini. J’ai choisi une de ses peintures essentiellement en aplats, ce qui rend la transposition textile plus facile.

« Giocoliere e cavallo », de Marino Marini, 1954

… et voici mon interprétation textile

Environ 20 cm sur 30, pour la partie textile

Toile de fond écrue thermocollée sur de la Vlieseline (pour donner de la tenue, lors de la couture). Rectangle de coton ocre orangé juste déchiré, thermocollé sur le fond avec du Vliesofix. Tous les autres élements sont ensuite thermocollés, eux aussi, avec du  Vliesofix. Puis c’est la partie vraiment amusante : le « dessin » à la machine à coudre. Sur le corps du cheval, trois points broderie de la machine ; il faut bien leur trouver de temps à autre une utilisation.
Cheval et personnages en lin noir.
Jersey bleu vif, récup’ d’une vieille jupe ; tissu jean gris d’un pantalon enfant qui doit bien dater. Quand je vous dis que j’ai un mal fou à jeter…

Et tant qu’on y est, un autre petit tableau textile, réalisé en guise de carte de remerciement pour Michel, notre animateur à l’atelier peinture, lors de notre repas « d’hiver », en février.
La petite carte textile est devenue une habitude maintenant, mais Michel est toujours aussi ému quand il la découvre.

D’après « Pot espagnol et citron » de Pierre Loeb, 2010


C’est Michel qui m’avait fait découvrir ce peintre en janvier, juste quand je cherchais une idée… Exactement ce que j’aime, de la peinture figurative stylisée.

Bouts de tissus de récup’ ou restes de mes cousettes, et échantillons de tissus d’ameublement.

Publié dans Tableaux | Tagué | 11 commentaires

Schtroumpfs, suite

Sitôt arrivés, les Schtroumpfs ont enfilé leurs costumes.
Photos prises en vitesse, tant que le blanc était encore immaculé…

Depuis, j’ai fait une paire de chaussons pour Petit Schtroumpf aussi.

Petit Schtroumpf a eu sa trousse imprimée de voitures, garnie de crayons et de feutres. Grand Schtroumpf en a eu une aussi, of course. Imprimée de motifs londoniens, car Grand Schtroumpf aime bien Londres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Couture | Tagué , | 8 commentaires

Schtroumpfs

Le magazine Burda de janvier propose toujours des déguisements. Cette année, entre autres, des costumes Schtroumpf. Cela tombait bien, aux vacances de Pâques nous sommes allés voir « Les Schtroumpfs et le village perdu », et Malo a dévoré les BD Schtroumpfs de sa maman et des tontons.
Ok donc pour coudre des costumes Schtroumpf.

Le modèle proposé par Burda était une combinaison bicolore, assez ajustée, ce qui ne permet pas vraiment de la faire durer un peu dans le temps ; de plus, il y avait le problème de la fermeture-éclair dans le dos, difficile à ouvrir et fermer pour un enfant (même si Burda a prévu une longue boucle pour qu’on puisse l’attraper plus facilement).
J’ai donc opté pour un T-shirt turquoise et des leggings blancs.
Encolure en bord-côtes, of course, puisque je sais faire maintenant. Par contre, la couture du bord-côtes des chaussons était moins plaisante, parce qu’elle n’était pas vraiment accessible.

 


Pour Malo, T-shirt 38 du magazine Ottobre 6/2011, leggings 30 d’Ottobre 4/2013, en taille 134.
Bonnet et chaussons en taille unique de Burda 1/2017.

 


Pour Maël, T-shirt 16 d’Ottobre 6/2012, leggings 15 d’Ottobre 4/2012, en taille 116 (leggings un peu rallongés ; ils paraissaient assez courts sur la photo du magazine).
Les chaussons de Maël ne sont pas encore faits. Il pourra essayer ceux de Malo, et je verrai s’ils conviennent ou s’il faut que je bricole un patron plus petit.

 

Schtroumpfe qui peut !

Jersey sweat turquoise,  jersey velours blanc et bord-côtes de « Buttinette ».
Le truc sympa, c’est que Buttinette a une collection de  bords-côtes exactement assortis aux jerseys  sweat.

Les Schtroumpfs vont arriver pour des vacances lorraines. Peut-être réussirai-je à vous faire une photo des costumes « en situation », si les loulous veulent bien s’y prêter…

Publié dans Couture | Tagué , | 11 commentaires

Le défi…

… bord-côtes enfin relevé !

Si je cousais tous les T-shirts des petiots avec des ouvertures à l’épaule, c’est tout simplement parce que je n’osais pas tenter le bord-côtes.

… parce que je suis j’étais une inconditionnelle du faufilage bien net (et plutôt deux fois qu’une, si nécessaire), et que le bord-côtes, on l’épingle, et qu’il faut l’étirer au cours de la couture, et qu’en plus, auparavant, il faut savoir en calculer la longueur, et comment le répartir le long de l’encolure… Et il faut aussi coudre avec un point élastique, pour que l’encolure puisse se détendre suffisamment pour passer la tête, point que je rechignais à utiliser, parce qu’il est extrêmement difficile à défaire, au cas où.
Bref, jamais osé m’y risquer.

L’an dernier quand même, j’avais acheté un joli jersey à la Stoffgalerie, à Sarrebruck… et un morceau de bord-côtes assorti pour tenter enfin l’aventure.

Un peu de recherche sur internet, et la lecture du livre de Marie Poisson « Coudre le stretch » (bien, ce livre, même si je n’ai pas encore tout lu)… et mon premier T-shirt à encolure de bord-côtes, pour Maël, a vu le jour. Plutôt satisfaite de mon premier essai.

Patron 26 du magazine Ottobre 1/2012, en taille 110.

Et comme il me restait tout juste de quoi en faire un deuxième, j’ai récidivé et j’en ai cousu un pour Malo.
Même patron, en taille 128.
Malo m’avait dit qu’il n’aimait pas ce jersey pour un T-shirt. Je le compléterai par un pantalon rouge, pour lui en faire un pyjama.

Et vous savez quoi ? J’ai tout cousu en épinglant ! J’ai juste passé un faufil le long de l’encolure avant la finition à l’aiguille double, pour que les surplus de couture restent bien en place, c’est tout !

Yes I can !

Publié dans Couture | Tagué , | 14 commentaires

Céramique

Pour changer de la couture, un peu de céramique.
J’ai enfin récupéré mes dernières réalisations à l’atelier d’Ellen.
Les choses avaient un peu (beaucoup) traîné, pour diverses raisons : objets faits en janvier, émaillés fin juin…

Un vase cylindrique, décoré de petites maisons colorées

Hauteur  environ 20 cm

Deux coupes,
moulées sur un gros galet
(15 et 20 cm de longueur)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai oublié de noter le nom de l’émail (il faudra que j’y pense la prochaine fois que j’irai chez Ellen). Il s’agit en fait d’un seul émail, posé en deux couches. A la cuisson apparaissent de belles nuances, bleu le long du bord, puis plus sombre vers le fond, avec des coulures colorées. Le résultat est  très chouette (très mal rendu par les photos).

Pour finir, une coupelle
moulée dans une coupe en biscuit
(environ 16 cm de diamètre)

 

Faite selon la technique du « beurrage » (déjà utilisée ici). C’est facile : avec un couteau, on râcle de la terre sur le bloc, comme lorsqu’on veut beurrer une tartine. On dispose les « plis » ainsi obtenus en cercles dans une coupe en biscuit. Puis on lisse délicatement l’intérieur sans trop appuyer pour ne pas écraser le relief extérieur.
Une empreinte de tampon au fond.

Publié dans Céramique | 11 commentaires

En vrac…

… T-shirt, bermuda, pyjama

 

Pour Malo,
un T-shirt et un bermuda

   

Mêmes patrons que .
Jersey à rayures du stock (la boutique où je l’ai acheté n’existe plus…).
Même jersey turquoise que le bermuda de Maël, avec une petite touche de tissu « Hélium » de Petit Pan.

Et un pyjama pour moi !
Pour changer un peu de la couture pour les minus…

Pour le T-shirt, patron « Plantain » gratuit de « Deer and Doe ». Taille 40 pour le haut, élargie progressivement en 42 vers le bas. Troisième édition de ce patron pour moi, les deux précédentes versions ici et . Rien à redire, ce patron est impeccable, facile et agréable à coudre.

Jersey sweat (à envers bouclette) bleu-nuit, imprimé de petits lapins, des soldes hiver de Mondial Tissus.
Coudières et poche découpées dans un vieux T-shirt qui avait pile la bonne couleur. Biais de coton à l’encolure. Le bord arrondi de la poche et les coudières sont juste coupées à cru.
Finitions au point zig-zag.

Pas vraiment une matière et une couleur estivales, mais je me suis imposé de coudre un tissu du stock avant de m’autoriser à retourner à Mondial Tissus. Et puis, comme ça c’est fait, j’ai un pyjama rigolo pour les nuits fraîches à venir.

Pour le pantalon, patron n°47 du hors-série n°19 de « Coudre c’est facile ». Taille 40, que j’ai rétrécie au niveau de la taille en 38. Non, je ne suis malheureusement pas filiforme, le 38 n’est pas ma taille de pantalon habituelle (j’aimerais bien !). Mais le modèle était bien ample, en lin, donc non extensible, contrairement à mon jersey, et je voulais un pantalon plutôt de style leggings (dans les pyjamas larges, je me retrouve immanquablement toute entortillée au milieu de la nuit…).

Publié dans Couture | Tagué , | 6 commentaires