Quiche aux poireaux


A Noël dernier, une amie m’a offert un superbe livre de cuisine :

« L’Alsace enchantée », de Leïla Martin
50 recettes inspirées du patrimoine culinaire alsacien et enrichies d’inspirations multiples.

Quiche aux poireaux, d’après Leïla :

Couper des blancs de poireaux en rondelles de 1,5 cm d’épaisseur environ (en quantité suffisante pour couvrir le fond de tarte). Faire fondre 20 g de beurre dans une poêle, disposer les rondelles de poireaux bien à plat. Laisser dorer 2 à 3 minutes puis arroser avec un verre de vin blanc et couvrir. Laisser cuire une dizaine de minutes. Au besoin, ajouter un peu d’eau pour éviter que les poireaux n’accrochent au fond. Laisser refroidir.

Pour le flan, mélanger au fouet 2 oeufs et 200 mL de crème liquide. Saler et poivrer.

Sur un fond de pâte feuilletée ou brisée, répartir 100 g de munster coupé en petits morceaux. Disposer les rondelles de poireaux les unes contre les autres de manière à recouvrir entièrement le fond de tarte. Verser le flan et enfourner 25 à 30 minutes.

J’ai adapté un peu la recette : j’ai supprimé les lardons (150 g d’allumettes fumées), qu’on fait dorer dans une poêle et qu’on parsème avec le fromage sur le fond de tarte. Même sans lardons, cette quiche est bien consistante.
Dans la recette originale, le fromage utilisé est un demi « Régal du brasseur », un fromage créé par les Lorho, illustres fromagers alsaciens. Comme il est sans doute difficile à trouver ailleurs qu’à Strasbourg. Leïla propose la variante avec munster.

Cette quiche alsacienne soutient largement la comparaison avec la lorraine (je ne suis pas chauvine…). C’est le munster qui lui apporte toute son originalité, onctuosité et goût. Accompagnée d’une salade, elle constitue un excellent dîner. On pourra sans doute remplacer le munster par un autre fromage puissant, du maroilles par exemple.

Leïla Martin anime un blog  Je vais vous cuisiner. Plein de belles idées, salées ou sucrées ! Peut-être des inspirations pour les fêtes à venir…

Publié dans Recettes | Tagué | 5 commentaires

Déjà décembre…

Retour annoncé le 9 septembre, puis… plus rien…
Je reviens sur la pointe des pieds, en ce début de décembre…

Un automne pas très créatif. Depuis septembre, deux cristallins tout beaux tout neufs, mais des petits problèmes se sont invités à la suite, sans gravité, mais qui perturbent ma vision. Donc, prescription de lunettes à ma vue reportée… J’espère que le problème va se régler dans les prochaines semaines et que je vais pouvoir retrouver ma machine à coudre quelque peu délaissée ; les éventuelles cousettes prévues pour Noël et tous les trucs « couturesques » commandés par les loulous sont donc en attente…

Un peu de déco pour Noël,
qui n’exigeait pas des yeux de lynx…

Une couronne pour la porte, confectionnée dans le cadre d’un atelier au profit des Restos du Coeur. L’amie qui organise l’atelier chaque année apporte les végétaux, et on réutilise le support de paille et les petits éléments de décor d’une année à l’autre.

 

Un sapin en bois flotté, réalisé par une autre amie, pour le marché de Noël au profit de l’association à laquelle elle donne beaucoup de son temps et de son énergie (un lieu de rencontre et d’échanges parents-enfants de 0 à 4 ans).


S’il m’arrivait, dans le passé, de craquer avant Noël pour l’achat de petites décos, ce n’est plus le cas depuis longtemps… sauf si c’est de l’artisanat local (et c’est encore mieux si ça rapporte quelques sous à des associations).

Et juste pour le plaisir,
deux photos prises chez moi à travers un rideau…


Rideau bricolé il y a longtemps, pour le studio d’étudiant d’un de mes fils, puis recyclé en rideau pour la salle de bains. Un simple coton blanc assez transparent, sur lequel j’avais collé, à l’aide de thermocollant double-face, quelques motifs en coton blanc plus opaque, inspirés des découpages de Matisse.
L’église de mon village en arrière-plan pour la première, un cactus qui pousse bizarrement au premier plan de la seconde.

A très bientôt !

Publié dans Noël, Photos | 9 commentaires

Retour…

Les vacances étaient bien remplies, comme toujours, familiales.
De plus, les épisodes caniculaires ne contribuaient pas vraiment à booster l’énergie.
Je reviens donc tout doucement…

Une petite couture du début de l’été, pour moi…


Au printemps 2018, sur le blog « La Bobine », j’étais tombée par hasard sur une proposition de concours. Il s’agissait d’envoyer une photo de la réalisation couture dont on est la plus fière. On ne perd rien à tenter, j’avais donc choisi de concourir avec la veste façon Perfecto faite pour ma fille en 2015.
Et j’ai gagné le deuxième prix ! Un abonnement d’un an à la Craftine Box, qui paraît tous les deux mois. En tout, six jolies boîtes au fil de l’année, avec un code pour télécharger deux patrons, et tout ce qu’il faut pour les réaliser.
Craftine est une mercerie en ligne française, qui a créé de l’emploi (France Inter en avait parlé dans une émission sur les régions). Les patrons sont chouettes, les tissus sont magnifiques… si beaux que j’ai mis un an à me décider à tailler dedans ! Il me reste donc encore beaucoup de jolies choses à coudre pour épuiser mes boîtes…

Craftine Box de juin 2018

Le service après-vente est nickel. La sixième box ne m’était pas parvenue, perdue sans doute en cours de route. J’ai envoyé un mail ; réponse très rapide et envoi immédiat d’une nouvelle box.

Publié dans Couture | Tagué | 9 commentaires

Don Quichotte

Huile sur carton, 60 x 80 cm

Peinture réalisée il y a bien des années, mais que je trouvais finalement un peu terne (au fil du temps, mes tableaux sont devenus de plus en plus colorés). Comme Michel avait proposé à nouveau le thème « Don Quichotte », je l’ai ressortie de mes cartons. Sur ses conseils, je n’ai pas touché au personnage et à son cheval, mais nous avons réfléchi ensemble au fond, qui a troqué ses tons de beige pour des couleurs plus vives.

C’est mon dernier tableau réalisé sous la houlette de Michel. Ce mois de juillet, il s’en est allé brusquement. La Camarde l’a rattrapé, à 85 ans. Bien plus qu’un animateur d’un immense talent et d’un dévouement sans faille, c’est un ami cher que nous avons tous perdu.

Que va devenir l’atelier ? Nous aurons une réunion fin août avec les responsables du foyer culturel pour y réfléchir. Certains membres souhaitent qu’il soit repris par un autre artiste (à trouver…). Pour ma part, après 22 ans passés à l’atelier, la complicité en peinture avec Michel était devenue telle que je ne m’imagine pas peindre sous la direction de quelqu’un d’autre. La foule de documents que Michel a laissé à l’atelier nous permettrait de fonctionner en atelier libre. A discuter…

Publié dans Tableaux | 7 commentaires

Bestiaire en raku (4)

Mi-juin, dernière journée de cuisson raku de la saison.
Depuis que je suis à l’atelier, c’est la première fois que je l’ai manquée. Ce jour-là, je regardais tomber la pluie à Grenoble… Mais les copines se sont chargées de gérer mes deux pièces à cuire.

Environ 30 cm sur 28

Avec le retour de Gilles, nous avions repris le thème « animaux ».
Un trophée, à partir d’une demi-sphère déformée, sur laquelle ont été rajoutés les différents éléments (front, museau, yeux, cornes, oreilles, barbichette).
Gilles nous avait proposé plusieurs animaux, lapin, bélier, lion, etc.
J’ai choisi le bélier pour le travail des cornes.


Ma tête de bélier comporte de petits défauts de symétrie… mais en vrai, une tête est rarement parfaitement symétrique…

Puis, un travail inspiré de la photo ci-dessous (je n’ai pas pensé à noter le nom de l’artiste)

Environ 25 cm sur 18

Nous avons d’abord construit une sorte de boîte en carton, que nous avons « emballée » dans une plaque d’argile, comme un paquet. Puis modelage des différentes bestioles, rajout de structures et ouverture du dessus (pour en faire un récipient).
L’ensemble est peut-être un peu kitsch, mais l’objectif était surtout technique, et le travail a été vraiment intéressant. Avec la verdure, c’est une petite mise en scène rigolote.

Le bec de l’oiseau s’était cassé à la cuisson raku. Je l’ai reconstitué avec de l’argile autodurcissante recouverte d’enduit de rebouchage, poncé après séchage, puis peint…

 

Empreintes faites à l’aide de tampons en terre cuite que j’avais fabriqués l’an dernier avec un vieux morceau de bois aux veines bien marquées. Empreintes de scories et même empreinte de la section d’un morceau de bois de cerf (trouvé dans la forêt par une amie ; le rond en bas à droite).

Pour l’émaillage, trempage dans la glaçure transparente, puis essuyage des reliefs pour créer des zones qui seront noircies à l’enfumage.

 

Publié dans Céramique | Tagué | 6 commentaires

Lapinou


Une petite broderie, en guise de carte d’anniversaire pour Malo.
Dessin trouvé sur Pinterest. Comme je suis toujours dans l’urgence, c’est plus rapide que de concocter soi-même un dessin.

Les contours sont juste cousus au fil à coudre noir, sur de la feutrine blanche renforcée par de la Vliesline thermocollée sur l’envers.
Les oreilles et le petit bout de bidou, en chutes de liberty, sont collés avec du thermocollant double-face, puis soulignés d’une piqûre ocre.
Les joues, deux ronds de feutrine rose fixés à la colle textile.
Yeux, museau et poils brodés avec du coton perlé.

J’adore faire ce genre de petites choses…

 

Publié dans Bricoles diverses | Tagué | 11 commentaires

Sweat et T-shirts


Pour Malo, un sweat taillé dans le reste du tissu du déguisement dragon.
Toujours le même patron pochette Buda n°9482, en taille 140. Largement rentabilisé, après 6 pantalons de jogging et 4 sweats…

Broderie « chat » avec le module de broderie de ma Bernina. Il faudrait que je l’utilise plus souvent, pour ne pas avoir à relire chaque fois tout le mode d’emploi…
Le motif vient du blog « La grange aux loups » : la blogueuse y met gracieusement à disposition une foule de motifs de broderie machine, divers et variés. Merci à elle !
C’était la première fois que je tentais une broderie sur tissu extensible, et ma foi, je suis bien contente du résultat. Comme renfort, j’ai utilisé du non-tissé adhésif, trouvé à la Stoffgalerie de Sarrebruck. J’ai décollé le papier, appliqué soigneusement l’envers de mon tissu sur la face adhésive, puis fixé l’ensemble dans le cadre à broder. Le tissu sweat n’étant pas trop extensible, il a suffi de le repasser, après l’exécution de la broderie, pour faire disparaitre les marques laissées par le cadre.

 


Un T-shirt pour chacun des loupiots.
Le patron est issu du magazine Burda d’avril 2018, modèle 131, en tailles 122 et 140.

Interlock de mon stock (origine oubliée).
Petites poches en coton. Pour Malo, un transfert « ancre », de la même série de motifs marins « Aladine » que le bateau utilisé . Pour Maël, le fan de foot, un ballon brodé acheté je ne sais plus où.
Comme l’interlock ne s’effiloche pas et ne roule pas, je n’ai même pas surfilé : tout est cousu au point extensible, et à l’aiguille double pour les ourlets et la surpiqûre de l’encolure.

Publié dans Couture | Tagué , , | 7 commentaires