Wool War One : démobilisation

La Wool War One, une sacrée aventure !

Démarrée au printemps 2014 avec Anna, alias Délit Maille ; je vous en avais parlé à diverses reprises (ici, , ou , ou encore ).

La Wool War One avait été exposée au Musée de la Piscine à Roubaix, puis elle a voyagé… le Grand Palais à Paris, Londres… elle a traversé l’océan jusqu’au Musée des Beaux-Arts de Montréal.

Automne 2018, centenaire de la fin de la guerre de 14-18.
Pour la dernière fois, l’armée de laine a été exposée au Centre d’Histoire Guerre et Paix à Souchez, près de Lens, jusqu’au 11 novembre, près du mémorial de Notre-Dame de Lorette.
Une « itinérance familiale » m’a permis de la voir enfin. Impressionnant et émouvant…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Anneau de la Mémoire… 580 000 nom gravés sur une succession de panneaux qui forment un immense ruban ; noms des soldats tombés dans le Nord et le Pas-de Calais, par ordre alphabétique, sans distinction de nationalité, amis et ennemis. Une invitation à réfléchir à la folie des hommes.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et puis après ? Que faire de ces 781 petits soldats ? Anna a eu une belle idée, généreuse et pleine de sens : les démobiliser, c’est-à-dire les mettre en vente au profit de Médecins Sans Frontières, pour que chacun d’entre eux retrouve un foyer, et pour que l’argent récolté serve à sauver des vies. Le succès de l’opération a dépassé toutes les espérances : en 2 jours, tous les petits soldats avaient été réservés.

J’en ai bien sûr adopté un. Il est arrivé chez moi, et j’en prendrai le plus grand soin.

Petite précision :

Il semblerait que le musée ait mal fait ses comptes, et qu’il reste des soldats à adopter. Il faut se rendre sur le site du mémorial, puis sur « billetterie ». Quand j’avais réservé le mien, c’était assez bizarre : pour finaliser la commande du soldat, il fallait aussi cliquer sur un horaire, mais la commande du billet n’était bien sûr pas prise en compte. Alors, bonne chance pour adopter les derniers, si le coeur vous en dit !

Publicités
Cet article a été publié dans Coups de coeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Wool War One : démobilisation

  1. la tulipe dit :

    J’ai loupé ce moment de l’adoption et je le regrette. Merci pour toutes ces photos et ces textes. A chaque fois, ça me remue.

  2. J’ai suivi son blog depuis longtemps et tant admiré toutes ses idées et créations, un peu triste que cela s’arrête… Bravo à toi, ce petit soldat précieux aura un chez-soi… c’est très émouvant…
    Bisous et beau dimanche

  3. pivoinette dit :

    Ces lieux de mémoire sont toujours impressionnants … mais sont là pour le souvenir … pour se dire qu’il ne faut pas recommencer … Mais quand je vois les images actuelles aux informations, je me dis que l’homme a la mémoire bien courte, et ne sait pas forcément que parler calmement pourrait être très efficace.
    Longue vie à ton petit soldat, qui lui, au moins, vivra une retraite paisible et calme !
    Bises

  4. Mary Tainne dit :

    Faire un garçon, l’élever et le voir devenir un tout jeune adulte, et l’envoyer mourir, pour qui, pourquoi? Ces gênes guerriers ne cesseront-ils jamais …….
    Ton histoire m’a énormément touchée, notre chorale aussi à commémoré cet anniversaire de fin de guerre en interprétant avec le concours d’un orchestre philarmonique le chant « I’m dreaming of home » …. je te mets le lien d’une interprétation sur youtube, une parmi d’autres interprétations de « L’Hymne des Fraternisés »

    Je te souhaite une belle période de l’Avent, Bises

  5. TIC tics dit :

    L’aventure pour moi a commencé grâce à toi; une belle chaine de la blogosphère.
    A voir ton diaporama, je suis encore estomaquée de cette diversité.

  6. rachel dit :

    J’ai beaucoup aimé suivre de loin cette aventure des petits soldats de laine. et j’aime encore plus cette fin avec leur « démobilisation ». Je ne connaissais pas cet épisode de Rudyard Kippling dont j’ai utilisé très souvent des lectures de ses contes en bibli ou en école, c’est effarent, et on imagine le gouffre sans fond de son remord!
    Je suis très admirative de cette initiative qui a tellement de sens dans tous ces « fils » (les fils de laine et les fils / enfants) qui se sont croisés là dans cette Wool War One et ce lieu de mémoire…
    Nous sommes allez à Verdun cet été, et notre année a été très « 14/18 » (nous avons même retrouvé la tombe de mon grand oncle) et tout cela résonne admirablement en moi… se souvenir pour ne plus revivre!
    Merci Marie

  7. Mary dit :

    Bel article… (que je lis avec beaucoup de retard : c’était passé dans mes spams)
    Bonne journée, bisettes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s