Terres enfumées


Premier essai d’enfumage de pièces biscuitées.

Deux fours construits en briques, d’un mètre de coté. Quatre prises d’air, deux en haut, deux en bas. Joints colmatés à l’intérieur par un coulis d’argile. Les objets à enfumer ont été bourrés de papier journal (s’ils étaient creux), puis emballés et calés dans la sciure.


Une fois les fours remplis, gros bourrelet d’argile posé tout autour (comme pour luter une cocotte), pour étanchéifier le couvercle.
Pour enflammer la sciure, plusieurs seaux de braises. Puis fermeture  des fours avec une grosse plaque métallique et colmatage soigneux à l’aide du bourrelet d’argile.

 

Le temps étant très humide, il a fallu réactiver le feu plusieurs fois.
Puis, attendre 24 heures… avant ouverture des fours.

Il y a eu un peu de casse, pas trop, quelques assiettes. Comme la sciure a complètement brûlé, les objets se sont empilés les uns sur les autres au fond des fours.
Pour la couleur noire attendue, le résultat est un peu mitigé. Des zones d’un beau noir, profond (souvent les intérieurs des récipients), mais les pièces n’ont été enfumées que partiellement. Peut-être un nombre trop important de objets dans les fours, et/ou un feu qui a eu du mal à prendre dès le début (temps humide ; sciure pas assez sèche), et qui a été insuffisant au cours de la nuit ?
Patience ! On ne réussit pas forcément un coup de maître à la première expérience.

Ce sont les aléas de la poterie. Le résultat n’est jamais entièrement prévisible, mais c’est ce qui est intéressant. L’attente impatiente de la découverte…

Même enfumées en partie seulement, mes pièces me plaisent bien. Le contraste noir/blanc est sympa. Gilles m’a conseillé de les traiter à la cire d’abeille incolore, pour leur donner un aspect satiné, ce que je ferai dès que j’en aurai trouvé.
Je regrette de ne pas avoir eu le temps de préparer une pièce en terre rouge ; le résultat aurait pu être intéressant. Ce sera pour la prochaine fois, peut-être, si nous continuons l’expérience.

Les deux assiettes ont été moulées dans une assiette en biscuit. Puis découpe du décor au couteau pour l’une, motifs linéaires grattés et rajout de trois pieds pour l’autre.
Le récipient conique, le vase cylindrique et la boîte du billet précédent ont été montés, non pas avec des colombins mais, sur le même principe, avec des bandes plus larges fermées en rond, puis assemblées les unes aux autres.


Si vous avez des expériences d’enfumage à partager, vos conseils seront les bienvenus !

Cet article a été publié dans Céramique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Terres enfumées

  1. etlafeesatoile dit :

    Toi tu ne nous enfumes pas tu fais du beau !! ( oui je sais mais je suis un peu fatiguée ;-). C’est original et comme je ne m’y connais pas du tout je suis à chaque fois émerveillée par le résultat !
    Bisous et bon week-end

  2. Marie dit :

    Ce coup-là, j’ai surtout eu beaucoup de chance : pas de casse pour mes pièces, et un enfumage certes partiel, mais beau quand même. D’autres membres de l’atelier ont eu moins de chance…

  3. C’est magnifique! Quel travail, quelle patience et quelle magie puisqu’on ne sait pas ce qui va ressortir au final.

  4. pivoinette dit :

    C’est magnifique … merci pour ce reportage détaillé qui montre bien le travail phénoménal que représente l’enfumage !!!
    Pas d’aide de ma part, je n’ai jamais pratiqué cet art … hélas !
    Bises

  5. Esperluette dit :

    C’est vraiment très intéressant! Merci de partager ta passion et de nous faire admirer tes belles pièces.

  6. rachel dit :

    Pour un presque loupé, c’est très réussi 😉
    Belles fêtes de fin d’année à toi et à toute ta famille Marie

  7. Fanfreluche dit :

    Moi qui n’y connais rien du tout, eh bien premièrement, je dirais que tes pièces pourraient très bien avoir été planifiées ainsi et qu’elles sont très belles. Et deuxièmement, je suis fascinée par les efforts qui sont mis en oeuvre pour la cuisson. Je n’avais pas idée… Ton article est vraiment très intéressant.

  8. TIC tics dit :

    J’ai déjà pratiqué les terres enfumées mais jamais sur une technique aussi longue !! Quelle mise en place, nous nous contentions de bidons ! C’est vrai que le lustrage à la cire magnifie tout ! Ta coupelle entre autre est splendide !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s