Non, « le petit nuage de Marie »…

… n’est pas un blog culinaire… pas que…

Deux recettes faciles, sympas, que j’aimerais partager avec vous…

Les feuilletés au thon, à grignoter avec l’apéro, ou à savourer en entrée avec une salade…


Il vous faut :

1 rouleau de pâte feuilletée déjà étalée (275 g)
1 grande boîte de thon au naturel (300 g environ)
1 oignon
½ citron
5 brins de persil
2 jaunes d’œuf
2 c. à s. de graines de sésame
100 g de parmesan
2 c. à s. de lait
3 c. à s. d’huile d’olive
1 c. à c. de moutarde
1 pointe de curry
sel, poivre

Faites égoutter le thon dans une passoire. Hachez l’oignon. Ciselez le persil. Râpez le parmesan.

Dans une poêle, chauffez 1 c. à s. d’huile d’olive. Faites blondir l’oignon haché pendant 2 ou 3 min, en mélangeant avec une cuillère en bois. Ajoutez le thon émietté, le reste d’huile d’olive, le jus du ½ citron, le persil, 1 jaune d’œuf , le parmesan et la moutarde. Salez, poivrez, assaisonnez du curry. Mélangez à la fourchette pour obtenir une farce homogène.

Etalez les graines de sésame dans un plat. Déroulez la pâte feuilletée sur le plan de travail et répartissez la farce au thon en une couche régulière, jusqu’à 2 cm des bords.

Roulez la pâte sur elle-même pour obtenir un cylindre. Diluez le second jaune d’œuf avec le lait. Avec un pinceau, badigeonnez-en la surface du cylindre, puis roulez-le dans les graines de sésame. Recouvrez de film alimentaire et placez 30 min au frais.

A l’aide d’un couteau bien affûté, découpez le roulé en tranches régulières de 1 à 2 cm d’épaisseur. Disposez-les sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé en les espaçant de façon à ce qu’elles aient la place de gonfler, sans se coller les unes aux autres.

Glissez la plaque au four et faites cuire 8 min à 240°, puis ramenez le thermostat à 210° et laissez cuire 10 min encore . Retirez les feuilletés lorsqu’ils sont bien dorés.

Servez chaud ou froid.

C’est le passage brusque du froid au chaud qui fait que la pâte feuilletée gonfle et se sépare en feuilles, c’est pourquoi on la place 30 min ou plus au réfrigérateur. A condition de le couvrir pour éviter la formation d’une croûte, on peut préparer le roulé à l’avance , le découper et cuire les tranches au dernier moment.

Excellent aussi avec de l’aneth (frais ou congelé) à la place du persil.
Je poivre, mais ne sale pas ; je trouve que le sel du thon et du parmesan suffit.
Je place le rouleau 30 min au congélateur (mieux que le frigo) et je le découpe ensuite au couteau électrique. Je fais cuire à chaleur tournante (220°, puis 200°).

Et le « baekeofa » de poissons…

Convivial, servi dans le pot de cuisson, ce « plat unique » est parfait si vous êtes nombreux. Pas de stress si les discussions autour de l’apéro se prolongent : il peut rester davantage au four. Et, s’il y a des restes, réchauffé le lendemain, il est encore meilleur !

Pour un grand pot alsacien en terre cuite, ou tout autre grand contenant qui va au four, par exemple une cocotte en fonte :

1,5 kg de poisson (2 à 3 sortes, toujours du saumon; pour le reste, sole, ou loup, ou julienne, ou cabillaud…)
2 à 2,5 kg de pommes de terre (charlottes, ou toutes autres pommes de terre à chair ferme)
de l’aneth, frais ou congelé
1 oignon haché finement, 2 ou 3 carottes coupées en rondelles, 1 poireau émincé
75 cL de vin blanc
50 cL de crème fraîche épaisse
sel, poivre
un peu de fumet de poisson en poudre (2 cuillères à café)

Couper les pommes de terre en tranches assez épaisses (environ 1/2 cm).
Dans le pot, disposez la moitié des pommes de terre, puis la moitié des herbes et des légumes.
Répartissez les morceaux de poisson, puis le reste des herbes et légumes, et terminez avec les pommes de terre.
Saler et poivrer au fur et à mesure les différentes couches.
Dans un saladier, mélanger au fouet la crème, le vin blanc et le fumet, et verser par-dessus le tout.

Cuire 2 h au four (chaleur tournante 180°).

Le « baekeofa » (en alsacien, « four du boulanger ») original est à base de viande. Autrefois, les Alsaciennes préparaient ce plat les jours de lessive ou de travaux aux champs, et l’apportaient au boulanger pour qu’il le laisse mijoter dans son four après la cuisson du pain.

Advertisements
Cet article, publié dans Recettes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Non, « le petit nuage de Marie »…

  1. MamanMarie dit :

    Des recettes sympa comme celles-là, ça se partage, même si j’avoue qu’on a failli faire une overdose de biscuits avec tes recettes de décembre, ahem ! Alors merci !!!

  2. J’en salive lol,merci,bises

  3. No dit :

    Tiens, jamais essayé avec du poisson (par contre je connais une variante avec du kassler et du munster, hmmmmm lol)

  4. mamita16 dit :

    hum ! le baekeofa miam !
    mais en tant que française de l’intérieur hihhihi !!!
    je ne connaissais que la version la plus classique avec les viandes
    à tester d’autant que j’ai le grand pot alsacien en direct de Soufflenheim

  5. clelia dit :

    Belle et heureuse année 2012…

  6. Pamina dit :

    Merci pour toutes les bonnes recettes, j’ai fait plusieurs de vos « bredele », un délice !

  7. Ping : J – 13 | Le petit nuage de Marie

  8. Mamita dit :

    je vais tester, ça semble bien sympa !

  9. Ping : Feuilleté apéro « soleil  | «Le petit nuage de Marie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s